Le smartphone est un petit objet multifonction qui rend énormément de services, aussi bien dans la vie professionnelle que dans la vie privée.

Il peut joindre et être joint à tout moment.

Il stocke les adresses et les numéros de téléphone.

Il archive, photographie, renseigne sur le temps qu’il fera ce Week-End et n’importe où dans le monde.

Grâce à certaines applications : il peut aider à conserver une bonne santé, il garde une trace des musiques que nous entendons par hasard et des lieux que nous traversons,  il nous divertit quand on joue à un jeu vidéo…

De nos jours, être privé de ce véritable « serviteur » complique la vie. Nous ne pouvons plus nous en passer. Certains ne le lâchent plus.

Cependant, le portable peut devenir un compagnon qui finit par prendre trop de place dans la vie de l’usager, et ce risque  est d’autant plus grand qu’il s’agit d’adolescents.

Le smartphone façonne le monde auquel il relie les adolescents. Immédiatement, le téléphone répond à toutes ses questions, plus besoin de réfléchir, de mémoriser, les infos arrivent tout azimut et ne sont plus hiérarchisées. La photo numérique est devenue un support de construction identitaire, et de lien social où le soi est idéalisé, affiché et évalué par la communauté qui « like » ou pas. Le smartphone « habillé »  en accord avec le propre look de son propriétaire est devenu pour lui un centre émotionnel. Plus l’immersion dans le monde des écrans est précoce, et plus l’ado aura des difficultés à regarder les interlocuteurs dans les yeux, son interlocuteur c’est l’écran !

Les études sont en accord pour dire :

PAS TROP TÔT !

Et quand l’adolescent est capable de se servir lucidement d’un smartphone.

Offrir trop tôt, puis priver un ado de son  téléphone mobile, c’est l’obliger à réduire ses relations au cercle familial, c’est lui arracher une partie de lui-même.

Les règles doivent être clairement posées, et une prévention sur les risques liés à l’internet, notamment avec l’accès aux sites pornographiques doit être faite et bien comprise. Pas de téléphone en cours, sur la table, ni pendant les devoirs ni pendant la nuit.

Refuser un smartphone, c’est refuser la technologie et le lien avec la société. L’ado ne pourrait pas comprendre et il pourrait s’en procurera un en cachette.

Dans un premier temps, vous pouvez lui offrir un téléphone en lui expliquant :

– qu’un smartphone n’apportera aucune nouvelle fonctionnalité à ce que proposent son ordi et son téléphone,

– qu’un tas d’applications et de jeux très connus peuvent être installés sur son téléphone tournant sous Java

– que jouer sur l’ordi ou la console est tellement mieux que jouer sur un smartphone

– que la durée d’autonomie de la batterie d’un téléphone est bien supérieure de celle d’un smartphone

– que le smartphone est bien plus fragile

– que les modèles de smartphone sont des appareils à prix très élevé et ils sont si vite renouvelés qu’attendre un an permet d’acquérir la nouvelle version. Au prix que ça coûte, on ne pourra pas le changer rapidement.

Les mobiles à tout faire ont partie des révolutions qui vont changer notre vie. Ils sont incontournables. Ils deviennent nos complices, nos témoins, nos partenaires, nos serviteurs, à condition toutefois de bien s’en servir.

Apprenons  nos ados à les maîtriser.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.