Quand on a de la couperose, on veut s’en débarrasser.Quoi de plus légitime!

Le traitement d’une couperose ne peut qu’améliorer la présentation du sujet.

La couperose est une affection cutanée chronique très fréquente  ( 15% de la population en serait atteint) caractérisée par une rougeur du visage (érythrose), avec de petits vaisseaux dilatés de façon permanente sous la peau, et visibles à l’œil nu. Elle se localise essentiellement sur les joues et le nez, parfois sur le front et le menton.Même s’il s’agit d’une affection bénigne,  la couperose n’en est pas moins invalidante car associée – souvent à tort – à une consommation excessive de boissons alcoolisées. La couperose est aggravée par une exposition au froid, à la chaleur, ainsi que par la consommation de mets épicés, de café, tabac et alcool.

 

 

 

 

Des traitements cosmétologiques peuvent atténuer la couperose ou en prévenir la récidive.

Les lasers vasculaires constituent le traitement de choix de cette dermatose. Ils ont supplanté l’ancienne méthode plus douloureuse et moins efficace – l’électrocoagulation*

A chaque type clinique de couperose (couperose, érythro-couperose, érythrose), sa technique, son laser, et ses suites. Il existe plusieurs types de laser :

  • Pour les petits vaisseaux dilatés, le laser Yag (1064nm) donne d’excellents résultats 
  • Pour la composante érythrosique , on préférera le laser KTP (532 nm) ou le laser colorant pulsé.
  • L’utilisation de la Lumière Intense Pulsée Médicale (IPL ou lampe FLASH) donne également des résultats intéressants sur certaines couperoses en fin de traitement.

    Comptez 2 à 3 séances à 6 semaines d’intervalle , sauf pour le laser colorant pulsé qui peut régler le problème en une seule séance au prix de suites plus marquées.


LE LASER YAG POUR SE DÉBARRASSER DE LA COUPEROSE, COMMENT ÇA MARCHE.


laser vasculaire
La peau couperosée du patient est nettoyée, des lunettes lui protègent les yeux. Contre la douleur, pas de  crème anesthésiante en amont de la séance, celle-ci entrainant une vasoconstriction des vaisseaux (la vasoconstriction est un mécanisme physiologique correspondant à la diminution du diamètre des vaisseaux sanguins) les rendant ainsi moins “réceptifs” au traitement laser. Car plus le vaisseau est chargé en hémoglobine ( plus il est rouge bien visible), plus la cible du laser est sensible, plus le traitement est efficace. Certes la douleur est proportionnelle à l’importance de la cible ( hémoglobine), mais elle reste toujours  supportable (sensation de coup d’élastique), atténuée par un courant d’air froid produit par l’appareil laser.

Le laser vasculaire émet donc un flash lumineux dont la longueur d’onde (1069nm) est absorbée électivement par l’hémoglobine, pigment rouge contenu dans les vaisseaux sanguins. Le faisceau laser va coaguler la paroi des petits vaisseaux sans endommager la peau avoisinante. De proche en proche, le vaisseau coagulé se grise. La paroi endommagée du vaisseau sanguin “laserisé” est couverte d’un caillot de fibrine, ce qui a pour conséquence d’arrêter la circulation sanguine à l’intérieur du vaisseau qui mettra environ 6 semaines à cicatriser pour disparaître. Les suites de la séance sont minimes avec seulement un peu de rougeur et d’oedème au niveau des zones traitées pendant quelques jours. Aucune éviction sociale est requise.

Remarque : La coagulation est à différencier de l’explosion du vaisseau sanguin obtenue avec le laser colorant pulsé qui en 1 séance  peut  résoudre le problème, mais le purpura (le purpura est une lésion hémorragique de la peau , de couleur rouge à pourpre, ne s’effaçant pas à la pression, due à une extravasation de sang dans le derme) qui fait suite   peut gêner une vie sociale pendant une quinzaine de jours.

 

*L’électrocoagulation, parfois appelée thermocoagulation, est une technique médicale qui consiste à appliquer une aiguille dans laquelle passe un courant électrique alternatif à haute fréquence au contact d’un tissu. L’application de l’aiguille a pour conséquence la destruction localisée du tissu en contact.