Chez les femmes, avoir une bonne toilette intime externe est quasi obligatoire pour limiter les mycoses vaginales à répétition.

Contrairement aux femmes, les organes génitaux des hommes sont exclusivement externes. Ils sont constitués par la verge et les bourses. La verge, ou pénis, est l’organe de la copulation et de la miction. Les bourses contiennent les testicules où sont fabriqués les spermatozoides.

Parfois, la toilette intime est oubliée ou mal réalisée chez les hommes.

Et pourtant, au quotidien, la toilette intime est tout aussi importante chez l’homme que celle du reste du corps.

Les hommes doivent laver quotidiennement leurs organes génitaux pour éviter les mauvaises odeurs, limiter la macération, les risques d’irritation, et d’infections. C’est se sentir bien et propre pour soi et pour sa partenaire.

Une bonne toilette intime chez les hommes a pour but de maintenir le bon équilibre de la flore intime.

En aucun cas, cela empêchera ou diminuera le risque d’IST (infection sexuellement transmissible) après un rapport sexuel non protégé, et ne doit pas se substituer au port du préservatif.

L’épilation intime de la zone génitale n’est pas une nécessité hygiénique, mais plus un effet de mode ; néanmoins, garder ses poils et son prépuce nécessite peut-être un rinçage et un séchage plus attentifs pour éviter les mauvaises odeurs.

En quoi consiste la toilette intime chez l’homme ?

À nettoyer  avec de l’eau tiède et du savon non irritant :

-la zone poilue (ou épilée) du pubis. 

-la verge en douceur car la peau à cet endroit est fragile .

-le prépuce qui est la petite peau fragile qui recouvre le bout du pénis (le gland) pour le protéger. Pour les hommes non circoncis, il faut décalotter le gland et nettoyer toujours en douceur avec le savon puis bien rincer à l’eau. 

-les bourses jusqu’à l’anus, avec un geste qui va de l’avant vers l’arrière. Il faut toujours nettoyer l’anus en dernier.

Utiliser des savons doux non irritants avec de l’eau tiède

N’oubliez aucun recoin, notamment sous le prépuce où les saletés et mauvaises odeurs ont tendance à se loger. 

Sécher délicatement sans frotter, en tamponnant avec une serviette propre.

La toilette intime c’est aussi le moment privilégié pour observer et vérifier qu’il n’existe ni boutons, ni rougeur, ni écoulement bizarre … qui pourraient évoquer une maladie sexuellement transmissible (IST). Sinon, consultez votre médecin 

A quelle fréquence ?

Une fois par jour avec un savon.

Apres une activité sportive, avant et après un rapport sexuel, ou quand il fait très chaud, une simple douche suffira, le savonnage n’a pas besoin d’être renouvelé. 

Vouloir trop souvent nettoyer son pénis peut entrainer des irritations pouvant faire croire à un problème de peau.

Remarque : après avoir uriné, plutôt que secouer, essuyez le bout du méat urétral avec une feuille de papier toilette pour garder une bonne hygiène tout au long de la journée. Question d’hygiène, pas pour une raison médicale. La dernière goutte ne peut pas être responsable d’irritation ou d’infection parce que l’urètre est long chez les hommes, contrairement à celui des femmes, et loin de l’anus. La goutte d’urine qui tache le caleçon, ce n’est pas classe !

Un savonnage trop fréquent même très doux peut en effet déséquilibrer le microbiote de la peau  qui est formé par des micro-organismes invisibles à l’oeil nu comme des des bactéries, quelques virus et des champignons qui vivent à l’intérieur de l’épiderme (dans toutes les couches de la peau) et à sa surface. La composition de ce microbiote dépend de nombreux facteurs externes et internes. Le microbiote intime joue un rôle protecteur et anti-infectieux important.

Chez les hommes, le pénis, le gland du pénis, le prépuce, l’urètre,  le sperme et la prostate, et l’ensemble des organes génitaux masculins abritent un microbiote spécifique qui a été décrit en 2013 par R. Mändar*. Cet auteur analyse les liens entre les équilibres microbiens du tractus génital masculin et la santé, parle d’écologie du tractus génital. 

La composition de ce microbiote dépend de nombreux facteurs externes et internes. Le microbiote intime joue un rôle protecteur et anti-infectieux important. Si son équilibre est perturbé par des facteurs externes comme un savonnage trop fréquent, un déséquilibre peut apparaitre avec des conséquences et des infections peuvent se développer. 

La toilette intime après un rapport sexuel, même non protégé, n’est pas systématiquement indispensable car les sécrétions sexuelles ne sont pas sales. Par contre, elle se justifie, circoncis ou non, en cas de rapport pendant les règles, d’utilisation d’un spermicide chez la femme ( c’est un moyen de contraception locale qui neutralise les spermatozoides ), de rapport anal (bactéries qui peuvent causer des infections), de fellation (enzymes dans la bouche qui sont conçus pour aider à digérer la nourriture et qui peuvent irriter l’urètre), d’utilisation de lubrifiants ou d’huiles de massage (pouvant être allergisants).

Après avoir uriner, il faudra rincer son pénis avec de l’eau chaude et utiliser un  savon doux  non irritant.

Avec quel savon?

Pour une toilette intime non irritante, Esthétiquehomme vous conseille le savon doux POLSKIN.

Formulé sur-mesure pour la peau masculine, le Savon Doux POLSKIN nettoie en douceur. Son pH est neutre, son léger parfum donne une sensation de fraicheur sans risque pour la peau. BON POUR LE CORPS, LES MAINS ET LES PARTIES INTIMES DES HOMMES. Il peut s’utiliser sur toutes les parties du corps, ce qui évite de multiplier les produits sous la douche.

Disponible sur le site POLSKIN.COM.  

POLSKIN, UNE MARQUE DE SOINS COSMÉTIQUES ADAPTÉE À LA PEAU DE L’HOMME.

*Mändar, R. (2013). Microbiota of male genital tract: Impact on the health of man and his partner. Pharmacological Research 69, 32–41.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.