Garder un ventre plat est un impératif de santé, de longévité, de bien-être social et professionnel. Prendre du ventre, c’est renvoyer l’image du mec qui se laisse aller, c’est aussi prendre un coup de vieux.

(lire aussi l’article Tour d’horizon sur les traitements d’amincissement chez l’homme)

Entre 30 et 40 ans , le ventre d’un homme reste rarement tonique et s’arrondit d’une petite bedaine. Mais la brioche de la quarantaine n’est pas une fatalité!

La femme et l’homme ne sont pas égaux dans les bourrelets, la graisse est sexiste.

Le tissu adipeux représente 25% du poids corporel chez la femme et seulement 10 à 15% chez l’homme. Par ailleurs, la graisse logée sous la peau est deux fois plus épaisse chez la femme que chez l’homme.
Sur le corps féminin, les graisses sont réparties principalement sur la parie basse : ventre, fesses, hanches et cuisses. On parle de morphotype féminin.

Chez l’homme, c’est le contraire, on trouve surtout la graisse sur la nuque, le cou, les épaules, le thorax, et au dessus du nombril. C’est le morphotype androïde. Avec l’excès de poids ces différences s’accentuent. Mais , il existe des exceptions à cette règle. Certains d’entre nous ont une silhouette qui se rapproche de celle du sexe opposé.

Plus que sa quantité, c’est la localisation de la graisse qui définit les risques de santé. Par rapport à la bedaine masculine, la culotte de cheval est quasi sans danger. Un tour de taille supérieur à 102 cm expose à un risque accru de maladies cardio-vasculaires (hypertension, maladie coronarienne, accidents vasculaires cérébraux), à une moindre résistance à l’insuline (diabète) et à un déséquilibre métabolique néfaste. Il faut aussi perdre du ventre pour une meilleure santé.

Les hommes n’ont pas de cellulite superficielle, c’est à dire de peau d’orange, mais ça ne les empêche pas de grossir. Ils connaissent notamment un cap difficile vers la quarantaine. Les repas d’affaires et la sédentarité n’y sont pas étrangers. Un célèbre nutritionniste disait en parlant des joueurs de rugby : “quand ils ne prennent pas des pains, ils prennent de la brioche”. Très juste ! Les hommes grossissent tout autour de la taille et sur l’estomac.
Si par le passé, l’homme arborait sa bedaine avec fierté, signe de succès et de richesse, aujourd’hui dans nos pays où la crainte de la famine a disparu, la bedaine a perdu sa noblesse et est devenue symbole de laisser-aller, de se laisser aller à trop “se remplir la panse”.
L’aspiration à la jeunesse éternelle fait qu’aujourd’hui la règle est aux ventres plats pour les membres des deux sexes et à tout âge.

 

Quelles solutions ?

Adeptes du tout ou rien, certains laissent tomber.

Mais beaucoup savent inscrire leur décision dans la durée.

« Mincir implique une remise en question globale de son mode de vie, de sa relation à soi, aux autres, à la nourriture, résume Gérard Apfeldorfer.

 

L’hygiène alimentaire.
Soyons réalistes, la seule solution est d’être raisonnable. Tout le temps. De faire de l’hygiène alimentaire un mode de vie et de renoncer à tout ce qui ne peut être suivi à long terme : les régimes drastiques ou fantaisistes,… Car tous les régimes font maigrir, mais il faut voir comment. Ils entraînent une perte de poids rapide faite d’eau et de sels minéraux, et finalement, éliminent peu de graisse pure. Et quand on se remet à manger normalement, car un régime n’est jamais éternel, on regrossit. Plus vite on maigrit, plus vite la prise de poids est rapide.

L'alimentation équilibrée contre les bourrelets gtraisseux

Les règles du bien manger ont les connaît par cœur :

  • Chaque jour une viande maigre ou un poisson ou des œufs
  • Une crudité ou un fruit frais par jour
  • Des sucres lents, féculents ou céréales ou du pain, à l’un des repas en petite quantité
  • Un produit laitier chaque jour , en évitant les fromages trop gras
  • Etre ferme sur la diminution des quantités de matières grasses, qu’il s’agisse de l’aliment lui même ou, de sa préparation
  • Renoncer aux sucres dits rapides qui sont stockés immédiatement ( confitures, sodas, pâtisseries….)
  • Boire beaucoup d’eau et ne dépasser qu’exceptionnellement les 2 verres de vin par jour, l’apéro est l’ami de la bedaine.
  • Dans ce cadre le petit déjeuner devrait représenter 25% des calories journalières, qui ne devraient pas dépasser 1800 à 2000 calories.

Faire du sport
La masse musculaire représente 40% du poids de l’homme, et cette masse musculaire doit être entretenue, choyée respectée.
Le muscle est un tissu qui atteint son apogée de forme entre 25 et 30 ans. Puis cela se dégrade. A moins de décider de lutter contre cette atrophie naturelle en entraînant le muscle et en le cultivant. C’est que les muscles vieillissent ! La force musculaire baisse de moitié entre 25 et 70 ans. Cette diminution est en partie due à une perte inéluctable des fibres musculaires et surtout aussi à une innervation de moins en moins efficace. Moins le muscle est sollicité par ses nerfs moteurs, plus il a tendance à s’atrophier.
La seule façon de s’opposer, au mieux, à cette évolution est de solliciter constamment les muscles.
Le sport améliore la circulation sanguine, il contribue à brûler des calories et, couplé au régime, permet d’obtenir un amaigrissement plus rapide sans avoir faim, et de limiter la reprise de poids après le régime. Surtout, il renforce la masse musculaire, que ce soit au niveau de la sangle abdominale ou des muscles des cuisses et des jambes. La silhouette a une autre allure, plus tonique, plus ferme. C’est à dire plus jeune. Le sport, en revalorisant l’image que l’on a de son corps, redonne confiance en soi et envie de poursuivre son effort minceur.

Mais la plupart du temps les personnes n’aiment pas bouger. Quand on est sédentaire de longue date, c’est toujours une rééducation qu’il faut entreprendre.

Et la Liposuccion ?
C’est une intervention qui nécessite une anesthésie générale. Elle reste une bonne indication pour les gros “volumes” graisseux. Les hommes restent assez timides (et méfiants ) face cette technique, mais ils y viennent. L’homme a une peau plus épaisse et plus résistante que celle de la femme. En revanche, la graisse masculine se loge souvent dans des cachettes inaccessibles à l’aspiration (entre, ou sous les muscles), ce qui rend cette aspiration plus délicate. La liposuccion du ventre, cette graisse située au dessus du nombril, est particulièrement difficile à aspirer. Mais les résultats sont généralement bons car la peau masculine se rétracte très bien sur le nouveau volume.
Quand les hommes ont de la poitrine (gynécomastie) purement graisseuse, c’est aussi une bonne indication d’aspiration, car cette poitrine mal venue blesse généralement les hommes.