La sexualité des ados, leurs expériences nouvelles et leurs questions

 

En favorisant la reproduction sexuée, la nature fait bien les choses pour préserver la pérennité des espèces. Il y a d’abord le premier baiser, les premières caresses, les premières découvertes du plaisir

“Je me masturbe tous les jours dans la salle de bain. Ça me fait beaucoup de bien mais j’ai honte, je ne sais pas si c’est normal.”

Puis, la première relation sexuelle.

Quand on dit « première fois » on pense souvent « première pénétration ».

Mais il y a beaucoup de toutes premières fois avant la première pénétration, toutes aussi importantes : la première fois où on se déshabille devant sa partenaire ; où on touche son corps ; où on la caresse de manière très poussée.

Chez les humains la toute première pénétration est chargée de sens : il  y a un avant et un après. Les jeunes ont envie que ce moment se déroule bien et plutôt dans une relation amoureuse, même si par la suite elle sera relativisée et reconstruite à la lumière de leur vécu.

Quand on parle des rapports sexuels, on dit souvent « faire l’amour ». On veut dire par là que quand on « passe à l’acte », on exprime physiquement un sentiment amoureux. L’amour ça nous transforme. Nous ressentons des émotions nouvelles, des désirs nouveaux.

Mais l’amour et la sexualité ne sont pas forcément liés. On peut avoir envie d’un rapport sexuel sans être amoureux, désirer quelqu’un juste sexuellement. Lors d’un rapport sexuel, le plus important c’est d’avoir les mêmes désirs, les mêmes envies, au même moment

Garçon ou fille, ce qui est important, c’est que chacun puisse se sentir libre de proposer, d’hésiter, d’accepter ou de refuser Pas de place ici pour la violence, la contrainte, le mépris. Il faut en avoir envie tous les deux et, si possible, au même moment. N’oubliez jamais que vous n’avez pas à accepter la violence, la manipulation, ou toute chose que vous ne désirez pas ou pour laquelle vous ne vous sentez pas prêt.

Les agressions et le viol visent à soumettre l’autre à ses propres désirs, en abusant de son pouvoir, en utilisant la force ou la contrainte, ou la menace. Pour vous protéger et vous donner la possibilité de vous défendre en cas d’abus, la loi fixe des limites claires; ainsi, sont interdits :

  • Les agressions sexuelles : ce sont tous les gestes à caractère sexuel avec ou sans contact physique, commis par un individu, quel que soit son âge, sans le consentement de la personne visée ou, dans certains cas, par une manipulation affective ou du chantage. Une agression sexuelle, ça peut être caresser les seins d’une fille alors qu’elle s’y oppose, embrasser de force, déshabiller l’autre contre sa volonté… mais également montrer des images pornographiques à quelqu’un qui ne souhaite pas les voir. Une agression sexuelle est un délit jugé au tribunal correctionnel, passible de 5 ans d’emprisonnement.
  • Le viol : il s’agit de tout acte sexuel de pénétration (avec le sexe, un objet ou les doigts) commis sur une personne par violence, contrainte, menace ou surprise. C’est un crime, jugé en cour d’assise et puni de 15 ans de prison.

 

Il n’y a pas d’âge ou d’obligation pour le premier rapport sexuel. On peut ne pas être prêt  pour des raisons personnelles, morales ou religieuses, momentanées ou plus durables. Faites-le quand vous vous sentirez prêt, quand vous en aurez envie.

Garçons ou filles, certains sont attirés par des personnes du même sexe. Chacun, dans le respect de l’autre, doit pouvoir vivre la sexualité qui lui convient sans subir le mépris ou le rejet. Alors prenez le temps de vous écouter et ne culpabilisez pas. Ça peut être une simple expérience, mais ça peut aussi révéler une préférence. Le plus important, c’est d’être bien avec soi-même, ses désirs, ses sentiments. Trouvez une personne sur laquelle vous appuyer peut vous aider également. À travers le monde, de nombreuses personnes sont persécutées à cause de leur orientation sexuelle. En France, il existe des lois et des associations qui les protègent

 

 « La première fois, c’est vrai qu’on ne risque rien ? »

Les relations sexuelles (que ce soit les caresses ou la pénétration) comportent des risques infextieux : risques liés aux maladies sexuellement transmissibles (parmi lesquelles certaines peuvent entraîner la stérilité), risque de contamination par le virus du SIDA., et le risque de grossesse non désirée. Ces risques, heureusement, ne sont pas inéluctables : il est possible de les éviter. À chacun, fille ou garçon, de s’informer sur les risques liés aux relations sexuelles et sur les moyens de les éviter.

Plaisir, don de soi, désir de l’autre, jouissance, performance… Il y a de nombreuses façons de se représenter l’amour et de le vivre.

 

« La taille du sexe, c’est important pour qui ? »

 « Si j’ai des capotes sur moi,

Est-ce que ça veut dire que je suis une fille facile ? »

 « Si je suis bourré, est-ce que j’ai plus de chance de kiffer ? »

 « Et si je foire ma première fois, c’est dead pour la vie ? »

 « Est-ce que je vais savoir m’y prendre ? »

« Est-ce que je vais donner du plaisir ? » 

« Est-ce que je vais en avoir ? »

 « Est-ce que ça fait mal ?… »

 

Des questions vous préoccupent parfois : être ou ne pas être à la hauteur, être déçu(e) ou décevoir. Il ne s’agit pas de passer un examen, mais de se rencontrer, de se découvrir l’un l’autre, d’échanger, quand on se sent prêt, quand on en ressent le désir.

Toutes ces interrogations sont, bien sûr, normales mais trop de stress, ça peut gâcher la fête le moment venu.

Déception ? Panne ? Absence de plaisir ? Heureusement, la première fois, ça ne détermine pas la sexualité que vous aurez par la suite Avec l’expérience, ça se passera de mieux en mieux.

C’est quoi le plaisir sexuel ?

C’est cette sensation très agréable que vous pouvez ressentir quand vous vous caressez, que vous êtes caressé, quand vous embrassez, que vous êtes embrassé, quand vous pensez à quelque chose ou à quelqu’un qui vous plaît… Votre corps va réagir : vous pouvez avoir chaud, sentir des fourmillements, respirer plus vite… Chez les filles, le clitoris et les lèvres au niveau de la vulve gonflent et rougissent, le vagin s’humidifie (« mouille »). Chez les garçons, le pénis gonfle, devient dur (« bande »), parfois un peu de liquide apparaît au niveau du gland. Quand le plaisir est très intense, il peut se transformer en orgasme, mais ce n’est pas automatique.

Toutes les parties du corps peuvent procurer du plaisir (on dit qu’elles sont « érogènes ») lorsqu’elles sont embrassées, caressées, titillées, effleurées… Parmi les zones les plus sensibles, il y a, bien sûr, les parties génitales (pénis, testicules, vulve, clitoris…) mais il y a également d’autres endroits, comme le dos, la nuque, les fesses, la poitrine, l’anus, les tétons, les lèvres, ou encore les pieds, les oreilles… Ça varie selon les personnes.

Mais le plaisir ce n’est pas qu’une histoire de toucher, on peut  aussi éprouver du plaisir en imaginant être embrassé, caressé  ou dragué par quelqu’un qui plaît, en voyant sa partenaire nue, en sentant son odeur, en la voyant ou l’entendant exprimer du plaisir . Se masturber, c’est aussi un bon moyen pour apprendre à se connaître, comprendre comment son corps réagit à l’excitation, découvrir ses zones érogènes… La masturbation vient souvent naturellement, parfois sans même que l’on s’en rende compte. Alors, pas de honte à avoir ! Garçon ou fille, adolescent ou adulte, beaucoup de monde le fait et a le droit de le faire.

 

Le plaisir n’est pas forcément toujours là.

C’est normal. L’orgasme, à chaque fois, et en moins de 10 minutes, c’est seulement dans les films ! Le corps n’est pas une machine. Le plaisir et son intensité dépendent de beaucoup de choses L’essentiel, c’est surtout de passer un bon moment ensemble. Si vous ne ressentez jamais de plaisir ou que vous avez des douleurs, il peut aussi y avoir un souci de santé. Parles-en avec un médecin. Il existe certainement des solutions qui vous permettront d’avoir une sexualité plus satisfaisante.

 

La première pénétration

On pense souvent que les caresses sont juste bonnes à préparer le terrain pour la pénétration. Mais c’est beaucoup plus que ça, elles permettent de se relâcher, de se détendre, mais aussi et surtout d’avoir et de donner du plaisir. C’est d’ailleurs tout à fait possible d’avoir un orgasme avec « seulement » des caresses. Les caresses, c’est bien une relation sexuelle à part entière : c’est pour cela que votre partenaire doit être d’accord. Demandez-lui les caresses qu’elle préfère. Ce n’est pas parce que vous aimez quelque chose, que l’autre l’aime forcément.

“Avec ma copine, on a voulu se lancer. On a essayé plusieurs fois, mais ça ne rentre pas. J’ai essayé de la déstresser mais rien n’y fait. Je me dis qu’elle a pas suffisamment envie de moi.”

Il y a pénétration vaginale quand il y a pénétration du vagin par les doigts, le pénis, un sex toy… Lors du premier rapport vaginal, le plus souvent, l’hymen se rompt et un peu de sang peut couler. Parfois, la fille ne saigne pas, soit parce qu’elle n’a pas d’hymen, soit parce que celui-ci était assez souple pour permettre la pénétration. Cela n’a rien d’anormal. La pénétration anale, c’est la pénétration de l’anus par les doigts, le pénis, un sex toy… Il y a aussi la pénétration orale (de la bouche), comme la fellation. Même si tu en as envie, une pénétration anale ou vaginale peut faire un peu mal, surtout les premières fois. Prenez tous les deux votre temps, allez-y en douceur. Utiliser du lubrifiant peut aussi aider. Si ça fait vraiment trop mal, il ne faut pas hésiter à arrêter. Il y a tout un tas d’autres choses à faire pour donner et prendre du plaisir ! Protection indispensable Si elle n’est pas protégée, toute pénétration (même si c’est la première fois !) peut comporter des risques pour les deux partenaires, notamment celui des infections sexuellement transmissibles (IST) ; et en cas de pénétration vaginale, peut s’ajouter le risque d’une grossesse non prévue

La pénétration, ce n’est pas un passage obligé, et ce n’est pas automatique à chaque rapport, ni avec chaque partenaire. Personne n’a le droit d’imposer une pénétration.

 

Si des problèmes perdurent, parlez avec un médecin. Il existe certainement des solutions qui te permettront d’avoir une sexualité plus satisfaisante.

« J’ai une panne ; j’éjacule trop vite »

« Ça rentre pas, ça fait mal »

La première fois, le stress est souvent au rendez-vous ; même si vous en avez très envie, vous pouvez être contracté Pas assez de désir, des préliminaires un peu trop rapides ou des gestes maladroits, ça peut aussi jouer.

 

Les premières fois: pour que ça se passe bien

Se sentir en confiance, en sécurité.

Être d’accord tous les deux et à chaque moment.

Savoir dire non.

Savoir entendre et accepter un non.

 Ne pas faire le show.

 Ne pas miser sur l’alcool et les drogues.

Parler, échanger.

Avoir prévu de quoi vous protéger

Toujours avoir des préservatifs et un lubrifiant adapté.

Se faire dépister des infections sexuellement transmissibles (IST) régulièrement, et en cas de prise de risque.

Te sentir libre de parler de sexualité avec un médecin.

Te sentir libre de parler de sexualité avec un médecin

DOCTEUR BINA-POLINSKY Fabienne

 

Source :   www.inpes.santé.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *