LA PÉNOPLASTIE CHIRURGICALE

OU LIPOFILLING DU PÉNIS

La méthode chirurgicale consiste à injecter de la graisse autologue (issue d’un même individu)  dans le pénis dans le but de  l’augmenter , de l’allonger, le plus souvent à la fois de l’augmenter et de l’allonger.

A SAVOIR  👉

La qualité des rapports est plus dépendant du diamètre du pénis 

que de sa longueur.

Les hommes qui font appel à cette chirurgie ne sont pas rares.  En moyenne, ils sont âgés de 38 ans , mais ils peuvent avoir entre 24 et 63 ans.

Les médecins conseillent aux personnes les plus jeunes d’attendre leur maturité sexuelle, et il ne faut pas oublier que cette intervention a aussi un coût qu’il est plus facile d’assumer quand on est entré dans la vie active.

A SAVOIR

👉 La longueur moyenne du pénis au repos est de 8,9 centimètres        

                 ( normale comprise entre 8,5 et 9,5 centimètres 

👉 La circonférence moyenne au repos est de 9,1 centimètres 

                 ( normale comprise entre 9 et 10,5 centimètres ).

REMARQUES 🔎 Même si leur sexe a des mensurations normales, des hommes ressentent une gêne psychologique difficile à vivre et demandent une augmentation  de leur pénis par injection de graisse autologue (issue de leur propre corps), la norme physique ne correspondant pas toujours à la norme psychique. 

  • La recherche au sein de la société, la surestimation croissante de la nécessité de performances sexuelles liée à la taille du pénis surtout en ce qui concerne l’obtention du plaisir chez la femme. 
  • Les films pornographiques ainsi que le manque d’information en ce qui concerne la taille réelle du pénis qui est d’environ 13 cm + ou – 4 cm au cours de l’érection 

Aggravent la survenue du syndrome du vestiaire, qui est un trouble de la dysmorphie corporelle pénienne, et un ensemble de symptômes caractérisant les réactions de certains hommes convaincus de posséder un pénis (verge) trop petit au repos et pour lequel ils éprouvent un sentiment d’incomplétude, d’infériorité voire de gène ou de honte.

C’est essentiellement dans les lieux publics où il est nécessaire de se déshabiller comme cela se conçoit dans les vestiaires, que le syndrome du vestiaire apparaît. Les douches publiques, les gymnases, les piscines sont ces lieux où certains individus sont persuadés de souffrir d’un sexe trop petit par rapport aux autres hommes. Le syndrome du vestiaire peut empêcher certains hommes d’avoir  des relations sexuelles.

 

LA TECHNIQUE

A SAVOIR  👉Cette technique est validée par la Société Française de Chirurgie.

Tout commence par un examen médical poussé  qui doit permettre  de dépister:

– une maladie de Lapeyronie qui entraine des déformations plus ou moins importantes de la verge altérant la qualité de la vie sexuelle et qui peut rendre nécessaire une correction chirurgicale  appropriée avant toute autre chose. 

  •  un phimosis (étroitesse du prépuce, empêchant de découvrir le gland) qui nécessite une circoncision (posthectomie)   associée dans un premier temps opératoire.
  •  des lésions `cutanées qui  nécessitent un traitement préalable .
  •  des troubles de l’érection qui amèneront le patient à consulter d’abord un urologue.
  •  une demande déraisonnable que les mesures de la verge démasquent , et  qui signe une contre-indication.

La technique chirurgicale elle-même : 

Après avoir préparé et centrifugé la graisse prélevée chez la personne au niveau de son ventre, ses poignées d’amour ou de ses fesses, le médecin la replace dans le fourreau de sa verge pour l’augmenter , en moyenne 40 à 70 cc de graisse injectée ml par ml avec une canule. Les quantités varient , plus ou moins, en fonction de la taille initiale du pénis au repos. 

Les rapports sexuels sont à éviter pendant les premiers jours post-opératoire.

LES RÉSULTATS

Après une perte, en moyenne, de 30%  de la graisse injectée ( plus ou moins selon les individus, ce qui rend parfois nécessaire une deuxième intervention), les résultats sont DÉFINITIFS. 

En moyenne, le gain en terme de circonférence est de 3,1 centimètres  : 12,2 centimètres contre 9,1 au départ.

A SAVOIR 👉Une  augmentation seule a toujours aussi pour effet d’allonger le pénis d’environ 1,6 centimètres 

                    👉Pour l’allonger encore plus, une  petite cicatrice pubienne doit être rajoutée pour sectionner prudemment le ligament  suspenseur profond de la verge ; on pourra     alors espérer un allongement de 3,1 centimètres .

Ces résultats sont obtenus avec:

  • Une seule intervention dans 91,1% des cas.
  • Deux interventions dans 6,4% des cas
  • Trois interventions dans 2,4% des cas

Jamais plus de trois interventions.

Le nombre d’intervention dépend de l’importance de la résorption graisseuse post opératoire variable d’un individu à l’autre , et aussi de la satisfaction du patient.

REMARQUES 🔎Une circoncision ( posthectomie) peut être réalisée dans le même temps opératoire, elle sera alors pratiquée avant l’injection de la graisse.  Elle sera réalisée en cas de phimosis dépisté lors de l’examen clinique, ou pour vouloir obtenir des résultats plus homogènes car les résultats sont toujours plus homogènes sur des sexes circoncis.

                      🔎Une injection d’acide hyaluronique à l’aiguille dans le derme de la peau du  gland peut être associée au lipofilling de la verge pour éviter une disproportion verge/gland ( le gland est plus difficile à augmenter avec la graisse). 

-voir ci-dessous Pénoplastie Médicale )

 

LES COMPLICATIONS QUI NÉCESSITENT UNE REPRISE CHIRURGICALE

  • Une cytostéatonécrose : 

La cytostéatonécrose est un phénomène connu depuis longtemps. Sous l’effet de l’ischémie tissulaire (anémie locale, arrêt ou insuffisance de la circulation du sang dans un tissu ou un organe, ici la graisse), la graisse peut souffrir aboutissant à des lésions de nécrose graisseuse ou cytostéatonécrose. Ces lésions de cytostéatonécrose peuvent se manifester sous plusieurs formes cliniques : kystes et tuméfactions fermes, au niveau du pénis elles sont très inflammatoires .

                    Comment sera-t-elle gérée? Avec des antibiotiques puis reprise   

                    chirurgicale avec lavage.

                    Séquelles? NON

  • Présence d’un ou plusieurs nodules palpables (à différencier de la graisse):

                     Comment sera-t-elle gérée? On les retire sous anesthésie locale

                     Séquelles? NON

 

REMARQUE  🔎 Il arrive que  le gland se décalotte difficilement  en post-opératoire, mais tout rentre progressivement dans l’ordre spontanément. Le médecin veillera à ne pas obtenir un résultat disproportionné entre la verge et le gland.

 

 

A PROPOS DE LA PÉNOPLASTIE MÉDICALE

Cette technique médicale d’élargissement du pénis consiste à injecter avec une canule (comme pour le lipofilling)  dans le sexe non pas de la graisse, mais de l’acide hyaluronique déjà prête à utiliser dans des seringues ( en moyenne 12 ml d’Acide Haluronique). On peut espérer les mêmes gains en centimètres que le lipofilling. La technique pourrait  s’avérer être intéressante pour les jeunes hommes maigres.

Mais, les résultats sont TEMPORAIRES.

Mais la Société Européenne, la Société  d’Urologie, la Société de Chirurgie Plastique ne recommandent pas cette technique. Seule l’injection d’acide hyaluronique dans le gland ( aussi indiquée dans le traitement de l’éjaculation précoce) est validée par la Société de Chirurgie Plastique.

 

 

REMARQUE  🔎 L’élargissement chirurgical du pénis  au moyen d’une prothèse ne se pratique que dans les cas de problème érectile.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *